Nature

L’Adour et son corridor vert

L’Adour est un fleuve d’une longueur de 335 km, il prend sa source dans le massif pyrénéen du Pic du Midi de Bigorre et se jette dans l’Océan Atlantique après Bayonne. Dans les Pyrénées son régime est torrentiel, dans la plaine gersoise le fleuve divague en de nombreux méandres qui constituent un écosystème riche en  biodiversité et classe zone natura 2000.
Ces zones humides appelées Barthes ou Saligues se compose de pâturages, de bosquets, de bras morts et de mares propices à la faune et la flore. L’observation et la patience permettent d’apprécier la présence de loutres et de visons, de cistudes (tortues), de lamproie, de brochet, de sandre, d’écrevisses, de moules, d’héron, de grue, de martin pécheur, d’orchidées, de gentiane, d’hibiscus et de bien autres espèces…

En plus des activités de naturalisme le corridor de l’Adour permet aussi de pratiquer la randonnée sur le sentier allant de Tarbes à Aire sur Adour (lien PR), le canoë-kayac, le ski nautique, la pêche, la baignade. Plusieurs aire de pique nique jalonnent la vallée et permettent d’approcher les ponts, les moulins et leurs canaux, les piscicultures, les lavoirs ainsi que quelques passerelles plus discrètes enjambant les cours d’eau… A Ju Belloc, la maison de l’eau propose des animations sur la découverte de l’Adour et de son écosystème…

Site web de la Maison de l’eau – Institution Adour à Jû-Belloc

 

Les étangs de l’Armagnac

Depuis le moyen âge ces étangs ont été aménagés afin de satisfaire les besoins en eau, pratiquer la pisciculture, animer les moulins… De petite taille, ils sont innombrables et dispersés. Certains d’entre eux, comme l’étang du Moura à Averon Bergelle sont classés Natura 2000 car ils constituent des poches remarquable de biodiversité. Les étangs contribuent à l’harmonie de nos paysages et abritent des espèces remarquables comme les cistudes, les écrevisses, les poules d’eau, les loutres, les visons ou classiques comme la carpe, la perche… Ils permettent la pratique de la pêche, du naturalisme et de la randonnée. La baignade pour sa part est praticable dans plusieurs lacs (aménagés plus récemment) comme celui d’Aignan…

 

Les bois et le bocage gascon

Longtemps dédiée à une agriculture paysanne et diversifiée, la campagne gasconne présentait un bocage remarquable alternant parcelles cultivées, prairies, haies, bois et foret. Le remembrement des terres agricole engagé depuis plus de 40 ans a fortement modifié le paysage mais de nombreux bois subsistent notamment sur les parties les plus vallonnées du territoire.
Les terres non cultivées sont occupées par des pelouses sèches qui se transforment en friches puis en bois. Quelques beaux tapis d’orchidées et de bruyères poussent entre les genêts et les genévriers qui bordent les bois où domine le chêne ainsi que l’orme et l’érable… Ces bois hébergent de nombreux animaux dont le chevreuil, le sanglier, le blaireau, la perdrix, le faisan…
Le bocage gascon offre de nombreux loisirs comme la randonnée, l’accrobranche, le naturalisme, la chasse, (petit gibier, gros gibier, palombes), la cueillette des champignons (ceps et morilles) et des châtaignes …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *